Recréatrales - Quand le théâtre s'installe dans les rues et les maisons

Dans le beau quartier de Ouagadougou, à Bougsemtenga, à Gounghin Nord, se trouve le Cartel, siège des Recréâtrales. Sur une rue longue de 610 mètres de terre rouge, s'est déroulée, dans la nuit du vendredi 2 novembre, la cérémonie de lancement de la septième édition du Festival les Récréâtrales, présidée par le Premier ministre Luc Adolphe Tiao.

C'est par une grande parade d'ouverture que les manifestations culturelles marquant l'édition 2012 des Récréâtrales ont démarré vendredi dernier, à Ougadougou, la capitale du Burkina Faso. Le quartier Bougsemtenga, à Gounghin de Nord, accueille le festival aux rythmes des fanfares. Elles ont accompagné la procession inaugurale de cet événement culturel majeur qui regroupe des artistes d'une dizaine de nationalités.

programmeweb.jpgSur cette rue, aux environs de 18 heures passées, sous une chaleur d'été avec plus de 33 degrés, une folle ambiance régnait sur le site avec le vrombissement des moteurs de vélos taxis et les klaxons des véhicules qui traversent les espaces appelés « Maquis » où se presse le public.

Sur cette avenue à la fois pierreuse et poussiéreuse, sont exposés des tubes en fer couverts de tissus de différentes couleurs éclairé par une lampe électrique. Des fenêtres en bois accrochées à des cordes et des objets en formes de poissons, d'oiseaux, de papillons sont suspendues en l'air, rendant le décor très artistique et carnavalesque. On voit des images surprenantes comme ce bateau fabriqué avec des tôles et cette carcasse de voiture qui occupent l'espace autour duquel gravitent des spectateurs assis et sirotant tranquillement leur boisson. La parade est matérialisée par la procession des « Grands hommes » de Boromo, ville située à 180 Km de Ouagadougou, les masques Dodos, ainsi que les chevaux et les motocyclettes. Une heure après, c'est la fanfare militaire dirigée par l'adjudant chef Kafando Moussa qui annonce les couleurs et surtout l'arrivée du Premier ministre burkinabè, Luc Adolphe Tiao, accueilli par le directeur général du Festival les Récréâtrales, M. Etienne Minoungou. Le Premier ministre marque un arrêt à l'entrée pour observer l'affiche géante à la mémoire de Jean Pierre Guingané.

Les choses se précisent, la première étape est le poème récité par un jeune artiste âgé de 12 ans. Ce poème a mis l'accent sur les maux de la société dont la discrimination et la pauvreté. Etienne Minoungou, le directeur du festival, a dit un mot de bienvenue à l'endroit du Premier ministre et exhorté les festivaliers à vivre pleinement ces 8 jours, avant de conduire l'autorité à l'espace Feren pour suivre la présentation de la pièce de théâtre « Si je les tuais tous Madame » de Aristide Tarnagda. Cette pièce a peint les problèmes de l'émigration dans les pays de départ et d'accueil, les violences faites aux femmes, l'irresponsabilité de certains pères de familles, le capitalisme qui transforme les individus en réduisant leur humanisme et le concept de la France-Afrique.

Talent artistique

programmerecre.jpgDans sa réaction, le Premier ministre s'est félicité du talent des artistes, mais surtout de leur rôle dans la société. M. Luc Adolphe Tiao a réitéré l'engagement du gouvernement burkinabè à soutenir et à accompagner les initiatives culturelles. Il a vivement félicité et encouragé les promoteurs du festival les Récréâtrales. « Je souhaite que les Récréatrâles continuent car le concept est tout à fait nouveau : intégrer les familles, le quartier. Et je vois les Récréâtrales se développer ainsi », a-t-il soutenu. Un hommage a été rendu au dramaturge et universitaire Jean Pierre Guingané, un des monuments de la culture aux pays des hommes intègres et qui est décédé l'année dernière, à Ougadougou.

Les temps forts du festival « Récréâtrales » sont la parade d'ouverture, la présentation d'une cinquantaine de spectacles de théâtre, des concerts, un colloque sur le thème « Théâtre et Démocratie » et une conférence- débat sur « l'Etat des lieux de la culture au Burkina Faso ».

Le Soleil

musique artiste burkina faso ouagadougou 2012 arts récréatrales expressions partages