Mort d'homme à Ouaga: La population en colère réduit le maquis Le Kremlin en ruines

kremlin-devaste.jpgA la suite d’un jeune homme poignardé à mort, à côté du maquis Le Kremlin à Ouagadougou dans la nuit du samedi 12 octobre au dimanche 13 cotobre, une foule en colère a saccagé le maquis.

Le Kremlin, lieu de réjouissance, n’est plus qu’un champ de ruines, ce matin du lundi 14 octobre 2013. La veille dans la soirée, des milliers de personnes ont mis à sac ce qui était encore le lieu où la bière et les brochettes coulaient à flots le samedi 12 octobre 2013. L’assassinat d’un jeune homme venu aider un vendeur de brochettes dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 octobre 2013, a mis en colère les riverains surtout quand le gérant dans la soirée du dimanche 13 octobre a voulu ouvrir son débit de boisson.
Selon des riverains, le jeune homme s’appellerait Pascal Compaoré, décédé après avoir été poignardé par un présumé délinquant notoire connu dans le quartier zone 1 de la capitale burkinabè. Le défunt aurait été assassiné à la suite d’une altercation le jeudi 10 octobre et le présumé assassin, en cavale, aurait promis de régler ses comptes.

Pourquoi s’attaquer au maquis ?

Les riverains estiment que le gérant ne voulait pas respecter la mémoire du défunt en ouvrant son débit de boisson. Chose qui a eu le don de courroucer la population. Emile qui se présente comme le porte parole des manifestants affirme que c’est juste au retour de l’inhumation du défunt au cimetière de Tabtenga qu’ils ont constaté l’attitude du gérant du Kremlin. Les riverains ont donc décidé de tout saccager. Dans la nuit du dimanche 13 octobre, la tension était montée d’un cran. Une partie de l’avenue Tensoba en face du maquis est barricadé et tout ce qu’il y avait de boissons totalement réduits en ruines. Déployée sur les lieux, la police a par la négociation obtenue la levée des barricades. Le maquis Le Kremlin selon des manifestants était aussi connu pour être un lieu de vente de drogue et de fréquentation d’homosexuels.

Les riverains ont donc profité, selon un manifestant pour "fermer" Le Kremlin.

Henry BOLI - Zoodomail.com

musique burkina faso ouagadougou deuil maquis bar climatisé crime révolte population kremlin destruction nuit respect