"Miss Black France 2012" : Mbathio Beye; ses dauphines Romy Niaba et Aïssatou Soumah

Samedi 28 avril, s’est tenue salle Wagram à Paris, la première édition de l’élection "Miss France Black", une première accompagnée d’une forte polémique. C’est la jeune Mbathio Beye, jeune étudiante de 21 ans d’origine sénégalaise, qui a remporté la couronne que se disputaient 18 finalistes venues de la France entière. Ses dauphines (Romy Niaba et Aïssatou Soumah), n’ont pas démérité. Mais, le sourire qu’elles affichaient, ne pouvait éclipser la controverse qui a accompagné leur sacre.

"Miss France Black", c’est célébrer la beauté noire, mais aussi attirer l’attention sur le peu de visibilité de la femme noire en France, pour les organisateurs
Officiellement, Miss France Black est l’initiative de Frédéric Royer, journaliste et animateur qui n’en n’ait pas à son premier essai côté concours. C’est en effet à lui qu’on doit la cérémonie des Gérard. Pour lui, il y a un problème de représentativité de la beauté noire en France. "Les femmes noires sont très peu à la une des magazines et à Paris les mannequins noirs sont beaucoup moins employés qu’à Londres". Le concours Miss France ? "Pas assez représentatif" pour Frédérique Royer, qui manifeste sa surprise face à la polémique suscitée par son concours. En effet, si l’évènement a bénéficié du soutien de personnalités comme Geneviève de Fontenay ou Louis-Georges Tin, président du Cran, et a pu compter sur la présence d’artistes comme Passi ou Mokobé (qui faisaient partie du jury), Miss France Black a eu une médiatisation accompagné d’un parfum de souffre, tant le concept a été critiqué. En tête des récriminations, le fait d’organiser en France un concours à connotation "ethnique", certains parlant de "discrimination", les autres de "racisme".

romy niabaRomy Niaba, première dauphine de Miss France Black 2012. Âgée de 22 ans, d’origine ivoirienne, est étudiante en sciences politiques est d’origine ivoirienne et vit à Nantes (44).







"Miss France Black", concours anti-républicain, discriminatoire et communautariste, pour ses détracteurs
Frédéric Royer a beau préciser au site du Monde : "On n’a jamais dit que les candidates blanches étaient exclues. Si une femme blanche se présente l’année prochaine, on ne pourra pas la refuser. On essaye juste de valoriser les belles filles noires car on ne les voit pas assez dans les médias et sur les couvertures des journaux", le concours a été accusé d’être "anti-républicain", et "communautariste".


Aïssatou Soumah, deuxième dauphine Miss France Black, est d’origine guinéenne. Installée à Troyes, elle est âgée de 23 ans et est étudiante en école de commerce.







Réponse de l’organisateur à ceux qui juge son initiative comme prônant un communautarisme de mauvais aloi : la controverse qui a accompagné l’élection de la première Miss France Black "est la preuve qu’il y a un malaise sur la question de la femme noire".

Loin de la polémique, signalons que Mbiatho Beye, la première Miss France Black, mènera un certain nombre d’actions pour sensibiliser sur la drépanocytose ou anémie falciforme, maladie génétique touchant essentiellement les populations noires, et encore peu connue.

mbathio beye

Étudiante en Master de stratégie marketing installée dans la capitale, Mbathio Beye est la toute première Miss France Black








©Culturefemme.com (M.Z)


miss black france 2012 paris election beauté africaine diaspora mod afrik mode africaine pret a porter vêtements fashion classe