M’Bilia Bel est ma référence, dixit IDAK.

idakbassave-promo-2013En visite dans notre rédaction, Idak Bassavé nous a présenté son nouvel album intitulé « sougri » sorti le 28 mai 2013 et nous a livré quelques confidences sur sa carrière et ses projets. Idak Bassavé n’est plus à présenter aux mélomanes burkinabè. Les plus âgés l’ont certainement connue toute petite avec « la famille Bassavé » du nom de l’orchestre de ses parents géniteurs.

En effet, elle affirme « ma mère est entrée en travail pendant qu’elle était sur une scène de concert ». Comprenez bien que c’est dans la musique qu’elle est née et a grandi. Si elle a, aujourd’hui, à son actif, cinq albums, c’est en 1996 qu’elle a commencé sa carrière Solo avec la sortie de son premier opus baptisé « hommes intègres ». Depuis lors, elle ne cesse de nous mettre sur le marché discographique. C’est ainsi que successivement, ont suivi les albums « les mêmes problèmes » en 2001, « ba nè ma » en 2006 et « Zato » en 2010. Le dernier né, « sougri » est d’une facture exceptionnelle. Composé de dix titres avec une reprise de mousso haouré, cet album est sorti depuis le 28 mai 2013 et ne fait pas exception à la ligne thématique de cette icône de la musique burkinabè. Plusieurs thèmes sont abordés dans l’opus allant des éloges du Burkina Faso aux problèmes des femmes, en passant par les louanges aux Etalons pour leur brillante prestation à la dernière Coupe d’Afrique des nations (CAN). Elle affirme que dans ses albums « les thèmes généralement abordés sont l’amour, la paix, le pardon et bien d’autres » et explique que ce sont des valeurs auxquelles elle accorde de l’importance. N’est-ce pas pour cela qu’elle y en cinq langues : mooré, dioula, français, sissili et haoussa.

Les projets actuels de la vedette sont entre autres la promotion de ce nouvel opus qui s’articule autour des diffusions dans les média audio et visuels. « Je compte organiser un grand concert, mais après la promotion de mon nouvel album », a affirmé Idak pour dit-elle, permettre à ces fans de la découvrir ou la redécouvrir. Elle a également laissé entendre qu’elle a des projets qui l’emmèneront hors du pays très prochainement. Attachée à la rigueur et au travail bien fait, Idak n’a pas toute suite clippé tous les titres de son dernier album. Elle dit vouloir disposer de moyens conséquents afin de réaliser de clips irréprochables. C’est pourquoi elle n’a pas hésité à lancer un appel aux fans d’acheter ses CD afin de lui permettre de disposer de ces moyens dont elle a besoin. Faisant une analyse du paysage musical du Burkina, elle ne rougit pas, mieux elle se réjouit que de plus en plus, les artistes burkinabè arrivent à sortir hors du pays. Cependant, elle regrette que ces sorties ne soient pas suivie par l’ensemble des burkinabè du fait de l’absence de médiatisations. Elle a ajouté que les artistes burkinabè, elle y compris, doivent redoubler les efforts pour être plus compétitif à l’international et indique par ailleurs qu’elle entretien de très bonnes relations avec les autres artistes. Idak nous a confié que s’il ya une artiste musicienne en qui elle s’identifie, c’est bien M’Bilia Bel. A -t-elle des projets en dehors de la musique ? Non, répond-elle. Mais elle ajoute qu’elle aimerait s’investir dans l’immobilier si ses moyens lui permettaient. En répondant à une question relative au climat politico-social, elle a tout simplement souhaité que le pardon et la compréhension nous habitent afin que notre pays garde toujours sa paix.

Adam’S Zongo et Arzouma O - Faso-Actu.net

artiste warba traditionnelle variété musique ouagadougou burkinabè burkina faso nouvel album 2013 sougri idak bassave