Interview exclusif de Smarty, quelques jours avant la sortie de son nouvel album solo

Nous sommes à moins de deux semaines de la sortie de l’album. C’est l’occasion pour Smarty de venir nous parler d’Afrikan Kouleurs et de sa conception, ses titres, et de ses concerts futurs à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Interview tête à tête.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Salut Smarty ! Après une si longue période de silence, les fans souhaitent avoir de tes nouvelles ! Alors, Comment vas tu ?
Bonjour ! Je suis en pleine forme ! Et j’avoue que la scène et le public m’ont manqué. C’est avec un réel plaisir que je vais les retrouver, eux et toute cette joie de donner du plaisir sur scène et faire ce que j’aime le plus : la musique.

Afrikan Kouleurs sort dans un peu moins de quinze jours désormais. Parle nous de cet album. D’abord, pourquoi « Afrikan Kouleurs » ?
Afrikan Kouleurs parce que le projet a été bâtit à 70% avec des instruments traditionnels africains. On a, avec les Bolo Bein Roots, fait une résidence de création qui a duré plus d’un mois. Pour nous, le défi était de joindre ces instruments traditionnels au coté urbain de ma musique, afin de lui donner une identité, tant par la couleur du son que par les thèmes qui y sont abordés. Ainsi est né « l’Afrikan Kouleur ».

On pourra retrouver 14 titres sur l’album. Parle nous justement de la couleur des morceaux.
Ce sont 14 titres, dont 12 issus de la création, et 2 titres en bonus, qui sortent de cette thématique là. Chaque titre a sa particularité parce que chaque titre traite d’un thème bien précis et parce qu’on a voulu aussi développer le coté musical de la chose, d’où le choix d’enregistrer l’album en live.

Sur cet album, on y retrouve le Smarty rappeur, mais on découvre un Smarty désormais chanteur. Et pour avoir eu la chance d’écouter le disque, on se rend compte que c’est un talent que tu n’avais jamais exploité auparavant !
C’est normal, quand on a vécu dix ans d’une grande carrière au sein du groupe Yeleen, au coté d’un excellent chanteur, on finit par apprendre les rudiments du chant. J’ai voulu en tant qu’artiste explorer toutes mes capacités, en ne m’imposant pas des limites dans la création. Tout ce que je sentais je l’ai retranscris en rap ou en chant. Je pense que c’est le travail de création avec les Bolo Bein Roots et la façon dont ils m’ont mis à l’aise qui m’a permis de briser certaines barrières. Je reconnais que le Smarty chanteur n’est encore qu’à ses débuts, mais je suis fier d’avoir essayé, et content du résultat.

Parlons de l’enregistrement de l’album. C’est un projet qui dure depuis combien de temps ?
Depuis plus d’une année, et c’est pour moi l’occasion de remercier tous les membres du groupe Bolo Bein Roots. Un grand merci aussi à Vincent Galard et Thibault Chaumont, qui ont apporté beaucoup sur ce projet au niveau technique. L’album a été enregistré au studio Seydoni à Ouagadougou, puis ensuite mixé et masterisé en France. Ca nous a pris du temps parce qu’on a voulu bien faire les choses.

Lire la suite de l'interview sur Smartyofficiel.com

musique burkinabè burkina faso ouagadougou traditionnelle variété afrique mawndoé yeleen smarty interview solo afrikan kouleurs sawat