Fin du festival "Jazz à OUAGA", le bilan moral est très satisfaisant

Couvjazzouaga2015Le Festival "JAZZ A OUAGA" édition 2015 est bien fini. Les derniers sons saxo ont été entendus ce 02 mai à l’Institut Français de Ouagadougou. Au programme de cette dernière soirée, deux formations musicales dont celle de Tall MOUTAGA et de Cheikh Lô du Sénégal. Mais bien avant que ces deux groupes musicaux n’allument la mèche, le Festival a dévoilé au public les lauréats de la compétition "JAZZ PERFORMANCE édition 2015"

A l’instar des éditions antérieures, le Festival " JAZZ A OUAGA" a encore encouragé la recherche musicale à travers un concours dénommé "Jazz-performance, édition 2015". Ainsi, trois artistes musiciens ont été récompensés dans les différentes catégories suivantes : 
- Le prix du Saxo d’Or, est revenu à Job ZIDA (JOBY ) qui reçoit un trophée et la somme de 700 000 frs cfa.
- Le prix du Saxo d’argent a été attribué à Djoufo TRAORE avec un trophée et une somme de 400 000 frs CFA 
Enfin, le Saxo de Bronze a été reçu par PAWETO assorti d’un trophée et une somme de 200 000 frs CFA. 
Le Festival " JAZZ A OUAGA" se referme donc avec des notes de satisfaction même si au départ les organisateurs affichaient une peur bleue et beaucoup d’appréhensions.

Pour Abdoulaye DIALLO, le Président du festival, le bilan moral est satisfaisant. "C’est vrai qu’il y a avait beaucoup d’appréhensions sur cette édition. Il fut un moment où nous avons même douté ; mais nous nous sommes ressaisis en se disant que même si c’est une période de transition, il faut qu’on y aille ; il faut vaille que vaille que nous apportions notre contribution dans le processus de construction du Burkina afin que la peur ou le doute ne s’installe dans l’esprit des burkinabé. Effectivement, nous nous sommes débarrassés de notre peur bleue et nous avons foncé." 
Quel bilan moral tirez-vous au sortir de ce festival ? Ce que nous avons noté de positif, c’est d’avoir réussi à faire une bonne programmation, d’avoir réussi à mettre les gens ensemble. Ainsi, du jazz techno au jazz moderne en passant par d’autres musiques de fusion, tout le monde trouve son compte. Et je crois que c’est le mérite qui nous revient. Donc nous sommes satisfaits à plusieurs niveaux. En dehors du fait que l’évènement ait pu se tenir à la date prévue est déjà pour nous une grande satisfaction. Aussi, le respect de la programmation, la présence de tous les artistes invités et le bon fonctionnement du village du festival à hauteur de nos ambitions, sont autant éléments également qui viennent confirmer du succès de l’évènement. Ce qu’il faut aussi souligner, c’est que le festival a enregistré de nouveaux partenaires et là, c’est véritablement une bouffée d’oxygène. Le Bilan moral est donc très satisfaisant !
Combien d’artistes sont effectivement présents dans le cadre de ce festival ? De manière exacte et précise, il y a une trentaine d’artistes.
Qu’est-ce qui n’a pas bien fonctionné durant ces 10 jours de festival ? Il a y effectivement des aspects qui n’ont pas bien fonctionné. Il s’agit d’abord de la communication. On aurait voulu communiquer suffisamment dans les médias mais faute de moyens, nous n’avons pu le faire. Ensuite, nous ne sommes pas arrivés à contacter de grandes célébrités parce que nous étions conscients de nos limites financières. Enfin, pour ce qui est de l’organisation, il y a forcément des imperfections. Néanmoins, il y a des motifs de satisfactions. Le " Jazz performance" par exemple était d’un niveau très élevé cette année. Je salue surtout l’engagement et la bonne volonté de nos artistes invités qui, malgré des conditions financières difficiles ont tenu à participer au festival.

P.K

musique spectacle burkina faso ouagadougou concours festival concerts performances ouaga 2015 jazz