Ciné droit libre 2013 : « Où va l’Afrique ? »

ed9cinédroitlibreLa 9e édition du festival Ciné droit libre a officiellement démarré dimanche 23 juin 2013 à Ouagadougou. Une cérémonie d’ouverture riche en couleur – avec de l’humour, de la musique et bien entendu du cinéma – a mobilisé réalisateurs, cinéphiles organisateurs et partenaires à l’Institut français. 3 courts métrages sur le thème de l’édition « Où va l’Afrique » , de 3 jeunes réalisateurs burkinabè, ont servi d’apéritif au film inaugural « Le Président » du camerounais Jean Pierre Bekolo. Un film qui traite de la succession d’un président africain vieillissant qui, quelques jours avant les élections, disparait de son palais et découvre les conséquences d’un long règne sur le pays. Un film censuré au Cameroun.

« Ciné droit libre est devenu une école de la vie », a proclamé Luc Damiba président de l’association Semfilm, initiatrice du festival. « En une semaine, nous apprenons beaucoup sur notre pays, sur notre continent, plus que ce que nous pouvons apprendre dans une classe d’école pendant une année scolaire, universitaire. Parce que c’est le monde en résumé », a-t-il expliqué.

Cette année, la réflexion se mène sur la « thématique provocatrice » « Où va l’Afrique » . Le ton a déjà été donné lors de la cérémonie d’ouverture ce dimanche 23 juin avec la projection de 3 courts métrages burkinabè sur le thème. Il s’agit de « Brouillon Afrique » de Inoussa Kaboré, « Afrique Kouamba (Les enfants d’Afrique » de Abdoul Aziz Nikiema et « Africa freedom » de Salam Zampaligré : 3 regards différents sur le destin de Maman Africa.

« Le Président » de Jean Pierre Bekolo, censuré dans son pays au Cameroun, a été le film d’ouverture du festival, au grand bonheur du réalisateur en quête de plateformes de diffusion. « Les formes de censure exercées aujourd’hui sur les films, sur les musiques engagées, sur tout autre forme d’expression sont vaines », se convainc Ciné droit libre.

Le film de Bekolo raconte la succession d’un président africain vieillissant rattrapé par les méfaits de 42 ans de règne. Quelques jours avant les élections, le Président camerounais disparait du palais sans laisser d’instructions. Tel un voyage initiatique, il parcourt le pays et découvre les conséquences d’un long règne. C’est un film qui dépeint un échec sur le plan social, économique et démocratique.

Sa projection ce dimanche a été suivie de débats avec le Pr Luc Marius Ibriga, enseignant à la faculté de Sciences juridiques et politiques de l’Université de Ouagadougou et Zéphirin Diabré, Chef de file de l’opposition politique burkinabè.

Lors de cette 9e édition du festival, plusieurs pays seront ainsi convoqués à l’écran. En plus du Burkina et du Cameroun, la Centrafrique, le Mali, le Sénégal, le Congo, La République démocratique du Congo, le Gabon, seront aussi questionnés à travers les films et débats.

En plus de Jean Pierre Bekolo, d’autres invités comme Samir Benchick (France), Doumby Fakoly (Mali), Jaap Van Heusden (Pays-Bas), Lascony Nysymb (Congo RDC), Othman Ag Mohamed (Mauritanie), Thiat (Sénégal) et Keurgi (Sénégal) viendront entretenir le public ouagalais sur des « questions qui fâchent ».

Le Village du festival est l’une des grandes innovations de l’édition 2013. Installé à l’espace vide jouxtant la mairie de Bogodogo (du 22 au 25 juin 2013), il est placé sous l’autorité de l’humoriste Marechal Zongo et donnera à voir de l’animation populaire, des films et des débats.

Le traditionnel « Concert des grandes gueules » réunira sur la scène de la Maison du peuple Hamidou Valian, Busta Gaeenga, Art Melody, Billy Billy, Les Vitalo, Zedess et Soum Bill le vendredi 28 juin. Tiken Jah Fakoly sera malheureusement absent. Il a dû annuler son voyage à Ouaga pour se rendre au chevet de son épouse malade.

Les projections de Ciné droit libre se feront à l’Institut français, à l’Institut Goethe, au Village du festival, à l’Amphi A600 de l’Université de Ouaga, à la Cité universitaire de la Patte d’Oie, à la Cité universitaire de Kossodo et à la Cité universitaire « Chinoise ».

Aboubakar SANFO - RTB

festival ciné droit libre burkina faso ouagadougou burkinabè films reportages documentaires libre expression débats 2013 afrique ouest université