Amadou et Mariam ont bercés des bobolais

Amadou&MariamLe couple aveugle. Amadou et Mariam Doumbia a fait le bonheur des bobolais le vendredi 18 janvier 2013, à travers un concert à l’Institut français. Des notes d’amour, de paix, de solidarité, de cohésion…ont jailli de la « pauvre guitare » d’Amadou accompagnée de la voix sublime et suave de Mariam. Les bobolais se sont tout simplement laissés faire.

Les tickets d’entrée au concert du « couple aveugle » du  Mali n’ont pas suffi. Dès 19h, les fans de la musique malienne et particulièrement d’Amadou et Mariam avaient déjà investi l’espace de l’Institut français. Crise malienne oblige, les forces de l’ordre et de sécurité étaient de la partie pour  la « survie des toubab ». Les sièges de la salle où à lieu le spectacle, ont tous été occupés. A terre donc pour les retardataires. Une batterie, une guitare, un piano, un n’goni, et autre djembé  sur la scène. A l’heure indiquée, les musiciens sortiront des vestiaires.  Acclamés par le public dès leur  entrée sur scène. « Massiti laban don, Mamou singin na, les dimanches à Bamako, je pense à toi, la paix au Mali….», ont été chantés et repris en chœur par un public visiblement connaisseur. Très enthousiasmés et émus par la pertinence des thèmes et des messages abordés dans les chansons, les spectateurs ne pouvaient s’empêcher, souvent, de se tenir  débout pour accompagner le couple à travers des pas de danse et autres gestes de satisfaction. Occidentaux et africains, tous ont partagé le même bonheur que leur ont offert Mariam et Amadou ce vendredi 18 janvier 2013. L’amour et la complicité qu’il y a entre le « couple aveugle » est évident. En tout cas, c’est le moins qu’on pouvait remarquer lorsqu’il chantait un de leurs moreaux fétiches « Je pense à toi ». Mariam ne pouvait s’empêcher de caresser son époux qu’elle a aimé depuis maintenant 35 ans. Quoi de plus juste qu’un chant de paix pour le Mali pour clore le concert. L’objectif de ce concert s’inscrivait dans le cadre d’une tournée africaine pour la présentation de leur dernier opus titré : « Folila ». Notons que le succès international d’Amadou et Mariam a commencé à partir de Bobo-Dioulasso. Ils sont restés pendant 9 mois dans le quartier Colma.

Bassératou KINDO - L'Express du Faso

amadou et mariam artistes maliens mali bamako aveugles international france burkina faso ouagadougou musique traditionnelle français dioula bambara