Amadou Balaké: «J’arrête la musique l’année prochaine…, après le pèlerinage à la Mecque»

Tous les week-ends, Amadou Balaké est sur scène à Gounghin, quartier populaire de Ouagadougou. Sa voix inoxydable a encore les qualités d’une star montante. A bientôt 70 ans et amputé d’une jambe, il n’a rien perdu de sa capacité à tenir le public en haleine. Rencontré le mercredi 4 décembre 2013, aux environs de 20 heures, il parle de sa vie, des difficultés actuelles du groupe Africando, de la musique burkinabè en panne d’inspiration et du 11 Décembre auquel il n’est pas convié.

« Si on a besoin de grands musiciens dans de grands spectacles, ce n’est pas le Burkina qu’on va choisir, s’il te plaît » ; ces propos sont de Amadou Balaké, une véritable icône de la musique burkinabé. Il ne veut décourager personne, mais il se veut véridique et constate que la musique burkinabè manque certes de promotion, mais aussi de talents. Déçu, il l’est. Mais il se dit loin d’être un aigri et dévoile son constat : 10% de vrais artistes parmi les 90% de « musiquiers » qui se pavanent avec le titre de musicien.

L’artiste peine dans ses déplacements et souffre visiblement en raison de son handicap. D’ailleurs la rencontre aurait pu se faire dans l’après-midi, mais il s’était rendu chez un prothésiste pour changer son appareil. Cependant, il se montre à l’aise pour dire ce qu’il pense. En témoigne cet entretien accordé dans la nuit du 4 décembre 2013, après une tentative infructueuse trois jours auparavant. A Sport Bar, un maquis fréquenté par des jeunes matures, il a juste changé de position plutôt que de se retirer dans un endroit plus calme.

Amadé Balaké est une personnalité de la sous-région. Né à Ouahigouya sous l’identité de Amadou Traoré, sa mère Awa Maïga est une fulsé d’Aribinda et son père Fiifou Lompo était garde républicain, ayant servi sous le drapeau français à Gaoua (Burkina Faso) et non à Gao (Mali).

Son pré-surnom Balaké est le titre d’une composition concoctée en 1969. Son aventure avec le président Sékou Touré de la Guinée montre combien l’artiste était prisé. Il a aussi fait de petits jobs d’apprenti chauffeur à Mopti d’employé au dragage, planton, aide maçon et planton chez un certain Ruchell. Il évoque aussi souvent sa courte activité en tant que taximan, à une époque où la course coûtait encore 50 F CFA, ainsi que ses droits d’auteurs français qui lui sont versés chaque trimestre. Mais Balaké est un artiste qui ne déçoit pas la presse. Tout cela fait de lui, un homme atypique qui a fait entendre la voix du Burkina Faso partout où il est passé. Ce qui lui vaut aujourd’hui, de percevoir des droits d’auteurs collectés en France.

Assis avec des amis, il délecte un bidon d’eau minérale. Autrefois fumeur invétéré et adepte des soirées arrosées, l’auteur de « Taximan n’est pas gentil », « doni-doni » et « Whisky magni » a rompu avec ses quatre paquets de cigarettes journaliers et ne boit plus d’alcool. « C’est Dieu qui m’a aidé » dit-il. Mais il lui a fallu aussi de la volonté, en réalisant que tout cela ne servait à rien et le ruinait plutôt. Du coup, ça lui fait sourire lorsqu’il entend parler de recettes ou de méthodes pour arrêter de fumer. Pour lui donc, « si tu te décides pour arrêter, tu peux le faire ». Les adeptes du mégot sont prévenus.

Le 8 mars 2014, date dédiée à la femme dans le monde entier, Amadou Balaké aura 70 ans révolus. Et voici les occupations actuelles du futur septuagénaire. « J’ai un petit chantier de construction à Balkuy. Quand je me lève le matin, je vais là-bas. Je veux construire une petite maison pour mes enfants. Dans la soirée, je n’aime pas m’ennuyer. Donc je me balade. Comme ce soir, je bavarde avec des amis. Si j’ai sommeil, je rentre me coucher ». Sauf que les week-ends, son programme est tout autre.

« On dirait que je suis un étranger chez moi »
Même avec son handicap et le poids de l’âge, il est resté proche de son amour : la scène. En effet, il joue avec l’orchestre Les Ambassadeurs, en attraction au Sport Bar. Sollicité par le patron des lieux pour accompagner les plus jeunes, Balaké y joue le rôle de directeur technique. « Concrètement, quand ils jouent et ce n’est pas bon, je leur demande de changer. En même temps moi-même je chante », résume-t-il. Et ce n’est pas tout, il est parfois sollicité pour donner des spectacles au Mali.

Lors de ses prestations, il reste assis sur une chaise, le micro à la main. Sa voix est puissante et limpide et son animation est digne d’un jeune musicien couplé d’un DJ fougueux. Son passage est l’un des moments les plus chauds des soirées. Amadou Balaké aime la bonne ambiance car selon lui, « une musique sans ambiance, c’est rien du tout ». On aurait aussi pu l’appeler Amadou l’ambianceur, tant il a mis le feu partout où il est passé. A Ouagadougou, les anciens se souviennent de ses prestations époustouflantes à Don Camillo.

D’où puise-t-il cette force ? « Quand on aime quelque chose, on se force pour bien le faire », répond-t-il en professionnel. Ne cherchons pas non plus la qualité préservée de sa voix dans le fait qu’il a abandonné cigarette et alcool. « Je suis né avec. Dieu donne (toujours) quelque chose avec quoi manger », indique-t-il, reconnaissant néanmoins que maintenant, quand il boit à nouveau, sa voix se rouille.

L’air toujours souriant, l’homme se dit « très » heureux. Il a 8 albums au compteur. Lui qui ne sait ni lire, ni écrire, a côtoyé les grands artistes d’Afrique et fait le tour du monde avant Africando et avec ce célèbre groupe qui a compté en son sein des noms comme Ibrahim Sylla, Tabu Ley Rochereau, Sékouba Bambino, Boncana Maïga, Bailly Spinto, Salif Kéita, Lokua Kanza…

Et quant il évoque ses meilleurs moments, ses yeux pétillent de nostalgie. C’est, dit-il « quand je suis revenu des Etats Unis, j’ai été invité à Abidjan pour recevoir mon disque d’or. C’est le moment le plus joyeux pour moi ». Ces moments ne s’oublient pas et le vieux Balaké s’en souvient comme si c’était hier.

« Il y avait moi, Monguito (un artiste cubain avec lequel nous avons joué à New York à Orquesta Broadway), El Oniké, Laba Sosseh (Gambien, auteur de El manisero et de Aminata), Doh Albert (artiste ivoirien, mort en 2005) le célèbre compositeur de « Moya ». J’ai reçu mon disque d’or à l’hôtel Ivoire des mains de Laurent Dona Fologo, un homme politique ivoirien ».

Il n’oublie par la maison de disque SACODISC du producteur Aboudou Lassissi qui lui a offert cette récompense, ni de « Taximen », « Yamba », « Amadou à New York » ses compositions alors en vogue. Il faut dire que l’artiste est fier d’être l’auteur de « Taximan n’est pas gentil » enregistré au Nigeria, mais aussi de « Doni doni » réalisé au sein du groupe Africando.

Très heureux comme il le dit, il n’est pas moins déçu d’une chose. « Dans la vie, ma déception, c’est maintenant » déclare-t-il, énigmatique. Il a déjà été distingué en tant qu’artiste national. On ne peut donc pas dire qu’il est oublié des autorités, tout au moins, pour ce qui est des décorations. Alors il précise sa pensée : « On dirait que je suis un étranger chez moi ».

Africando au bord du gouffre
On n’en saura pas davantage. On sait seulement qu’il n’a pas été invité à la célébration de la fête nationale prévue le 11 décembre à Dori. Sa réaction sur cette fête trahit plutôt son amertume : « Me Contacter ? Moi on ne me contacte pas hein. On ne m’a pas invité. On ne m’a pas contacté. Je les regarde. C’est comme ils veulent ».

Qu’à cela ne tienne, le plus important à ses yeux, c’est la paix au Burkina. C’est son vœu à l’occasion du 53e anniversaire de l’indépendance du pays. « Mon souhait, précise-t-il, c’est que moi je continue d’être tranquille. J’aime la paix et s’il y a la paix, moi je gagne ma vie ».

Il est aussi triste du sort de son groupe bien aimé, Africando. Il ne s’en est pas séparé, mais c’est comme si. A l’instar de ses membres, le groupe va mal. Gnonnas Pedro est décédé. C’est de retour des funérailles du Béninois que Amadou Balaké a fait face à un diabète qui conduira à l’amputation d’une jambe.

Ronnie Baró, un autre membre du groupe lutte aussi contre un diabète à New York. Et pour ne rien arranger, le fondateur du groupe, le Sénégalais Sylla Ibrahim, s’est fait opérer le cœur et le foie, selon les renseignements de Balaké. Triste, il explique que c’est Sylla qui sous-louait le groupe aux Blancs pour leur permettre d’aller se produire en Belgique, en Hollande, aux Etats Unis, en Angleterre etc… Ainsi donc Africando est comme disloqué. « Depuis la mort de Gnonnas Pedro (en 2005), on a beaucoup baissé les bras », reconnait-il.

Toutefois, le groupe n’a pas dit son dernier mot et pourrait sortir un autre album. Kôrô Balaké évoque un « dernier » après un travail à Bamako avec Boncana Maïga dit Maestro. A titre individuel, il a aussi des créations en projet qu’il va enregistrer pour plus tard, peut-être pour l’après Balaké. « Même si on va les sortir après moi, comme ça, parce que je veux ça », répond-t-il.

De même, s’il a la possibilité, il compte pousser les jeunes musiciens à aller de l’avant, à faire mieux. Prophétique, il annonce que le monde qui arrive se présentera avec une autre musique. Il est formel, « ça ne sera pas la musique qu’on écoute-là ».

Les signes avant-coureurs sont là selon lui, avec des danses « un peu effrontées, dévergondees ». « Mais ce qui va venir est pire. Ça je le crains beaucoup », fait-il remarquer. Pour sûr, Balaké est d’une autre époque et il l’assume. Pour lui, les danses sexy sont vicieuses et même s’il ne peut pas s’y opposer, chacun vivant son époque, il souhaite que les jeunes artistes changent de style.

S’il n’évoque pas Dieu à tous vents dans ses propos, il n’en est pas bien loin. Ancien élève coranique, il compte faire le pèlerinage à la Mecque. « Ce que je souhaite avoir maintenant, c’est un peu de santé. Si j’ai la force d’aller à la Mecque l’année prochaine, j’arrête la musique après le pélerinage », prévoit l’artiste.

La musique burkinabè manque de promotion et de talent
Quand Balaké vient à apprécier la musique burkinabè, il y va sans mettre de gants. Il est partisan de la musique qui marche, qu’on a envie d’écouter. Et à son goût, la musique burkinabè n’y est pas. « D’abord, il y a des chansons qui n’ont pas de sens », entame-t-il. Il en veut pour preuve ces nombreuses chansons qui passent à la télé et dans laquelle l’artiste « vient te dire des trucs : m’nonga Habibou, Habibou nonga boin » ou encore « m’tchenga Habibou yaa, m’tchenga Aminate ninguin. Des fois je me dis ben, c’est quoi ? tu n’es pas forcé de chanter ! » a-t-il poursuivi. Ensuite, il critique les genres musicaux. S’il se reconnaît dans le mandingue, Balaké estime que les jeunes artistes copient mal aussi bien la musique du terroir, mais aussi la musique congolaise, ainsi que ce qu’il appelle la musique francophone. Pour lui, promouvoir la musique du terroir est certes une bonne chose, mais elle n’est « pas dansante » et est juste belle pour le blues et les soirées de gala.

Enfin, il s’en prend au professionnalisme des jeunes. « 90% des artistes qui passent là, ce ne sont pas des artistes » déclare Balaké. Il soupçonne beaucoup d’être arrivés dans la musique après avoir vu leurs copains chanter à la télé, après avoir simplement rêvé de devenir vedette et de s’enrichir. Il les qualifie d’ailleurs de « chercheurs d’argent » et de « musiquier ». C’est-à-dire ? « Oui, les musiquiers, ce sont des gens qui sont là, qui ne connaissent pas (la musique), mais qui veulent être des musiciens », répond-t-il. Les musiquiers seraient aussi reconnaissables en ce qu’ils sont incapables de jouer ou de chanter juste dans un orchestre.

Pour une fois, il dédouane au passage les promoteurs culturels qui sont souvent amenés à inviter des artistes étrangers pour rehausser le niveau d’un spectacle. Selon lui, si ces promoteurs trouvent ce qu’ils veulent sur place, ils n’iront pas loin en chercher. « Jusqu’à présent, eux-mêmes ne sont pas satisfaits de leurs musiques. Si je vois que chez moi c’est bien, je n’ai pas besoin d’appeler quelqu’un. C’est quelque rare fois que tu entends la Côte d’Ivoire faire appel à des Burkinabè (…), ils n’en ont pas besoin ».

Quant aux artistes qui font un peu le tour du monde, l’auteur de « petit à petit l’oiseau fait son nid » y voit plutôt un encouragement à leur égard et non un mérite. Il confie que des artistes burkinabè se sont rendus aux Etats-Unis, sur invitation de notre ambassade et non celle d’un promoteur. Et d’enfoncer encore ses griffes : « Même au niveau africain, si on a besoin de grands musiciens dans de grands spectacles, ce n’est pas le Burkina qu’on va choisir, s’il te plait ».

Mais est-ce parce que les jeunes ne sont pas bien encadrés ou est-ce parce qu’il n’y a pas de talent ? (...) lire la suite dans le ’’Carrefour Africain’’ du mois de décembre .

 sidwaya.bf

artiste burkinabè burkina faso ouagadougou dioula mandingue live musicien amadou balaké chanteur africando orchestre retraite handicap